L’hiver est -enfin – là. Le froid transit les membres, la neige et le givre bousculent l’équilibre… Le blanc devient la couleur primaire. Du blanc partout, à perte de vue. Voitures blanches, trottoirs blancs, toits blancs, ville blanche…

Et pourtant au milieu de ce monde de Narnia, la couleur ne baisse pas les bras… Le froid ne transit pas leurs membres, leurs jeunesses et leurs inconsciences ne nuisent pas à leurs équilibres… Les enfants sont rois. Rois de l’hiver. Rois du blanc. Rois heureux ! On peut les voir courir, rigoler, se rouler dans l’étendue blanche, faire des bonshommes ou des boules de neige… La morve gelée au bout du nez, le sourire aux lèvres, ils attendaient cette neige depuis leur Noël. Un beau cadeau en retard… Ils sont heureux de ces quelques flocons.

Quant à nous, adultes, nous souvent en train de pester de la tenue de route de nos voitures, ou de nos souliers, les mains dans les poches, le nez dans nos écharpes, le bonnet bien descendu sur le front. Pas un cm² de peau ne dépasse et n’est exposé à ce froid polaire… On ronchonne, on attend le printemps et l’été. On rêve de mini-jupes, de monoï, de vacances à la mer, de sieste au soleil, de casquette et de lunettes de soleil, de barbecue et de petit vin frais… On rêve même de Biafine et de coup de soleil tiens !

Mais revenons à la réalité, il me faut sortir pour faire chauffer la voiture, mettre deux paires de chaussettes, le blouson, l’écharpe, les moufles et le bonnet… Eh oui, j’ai les courses à faire !