Mis à part les chats, j’avoue un fort penchant pour les marmottes.

Ne me demandez pas pourquoi je n’en sais rien. Surement le fait que la marmotte symbolise à mes yeux la montagne et les vacances. Elles sont les sorties photos en montagne, la patience, le calcul (vent, soleil, distance…). Elles sont cette plaine, derrière le col de la Coulette où, silencieux et observateur, j’en devine partout. J’aime les voir se redresser bien droites – l’étranger repéré – prête à bondir au fond de leur terrier, non sans avoir averti leurs compères, d’un cri aigu si reconnaissable. Car oui, la marmotte, contrairement à nous humains, pensent à l’autre autant qu’à elle même. Se protéger, et protéger.

La marmotte, c’est pour moi Vars. Ce chalet, que l’on perdra surement dans quelques mois, histoire sombre d’héritage à la con. Et cette dame que j’ai appris à connaitre depuis quelques années maintenant. La grand mère de mon homme. Elle était spéciale, comme nous tous. Elle imposait le respect autant que la colère. Adorée ou détestée, elle laissera un vide, c’est indéniable. Le chalet lui appartenait, elle l’avait légué de son vivant à ses enfants.

Grâce à mon homme – et à sa grand mère indirectement – j’aime la montagne, moi qui ai toujours connu les vacances à la mer. Mais, amies marmottes, quoiqu’il se passe dans le futur, sachez que mon coeur vous est acquis. Même si on perd ce point de chute, vous me reverrez, appareil photo en bandoulière, à essayer de vous déranger le moins possible pour capturer ces images de vous. Petit marmotton en train de jouer ou de découvrir la plaine loin de sa mère, ou grosse marmotte en train de digérer au soleil, allongée sur un rocher. Je reviendrais, quoi qu’il arrive. Bientôt.

Pour le moment, prenez les dernières forces, remplissez les terriers de vivre, l’hiver se rapproche, et avec lui, votre hibernation bien méritée.

Tags: , , , , ,